Menu Fermer

Révision : Séparation

Être un développeur de réalité virtuelle (RV) indépendant n’est pas la voie la plus facile pour quiconque souhaite créer des jeux vidéo, surtout quand on est complètement seul. Pourtant, cela offre une occasion de faire quelque chose d’unique pour vous, votre vie et vos influences. C’est exactement ce que Martin Wheeler a fait avec le titre de PlayStation VR Separation, une expérience atmosphérique sombre qui est à la fois un casse-tête et un pas dans sa psyché.

La séparation a lieu dans un monde situé quelque part entre un paysage de rêve et la post-apocalypse, un terrain vague sans vie, jonché des vestiges de la technologie ancienne. Il y a peu d’explications sur la raison de votre présence ici ou sur ce qu’est ou était cet endroit, à part quelques bribes d’histoires chuchotées. Il évoque un sentiment d’isolement déchirant avec des montagnes enneigées et des structures inquiétantes qui se profilent dans le brouillard, sinistre dans son silence.

Ce sentiment ne se dissipe jamais vraiment tout au long de la journée, et s’il peut être puissant et serein à certains moments où la belle musique d’ambiance de Separation se déchaîne, il peut aussi devenir un peu grinçant. La séparation a une vitesse et une seule vitesse, une promenade lente qui ne serait pas de trop lors d’une promenade tranquille du dimanche après-midi. Cela présente évidemment un avantage, celui de rendre l’expérience plus confortable, car la seule option est une locomotion douce. Cela signifie toutefois que se promener dans l’environnement peut prendre du temps – la plupart du temps – et de la patience. Conçu pour être paisible, avec une qualité proche de la méditation, permettant de prendre le temps de contempler et de profiter des vues, le jeu devient quelque peu fade et répétitif au fur et à mesure que l’expérience progresse.

Plutôt que de se promener sans but dans ces paysages enneigés, il y a un fil qui vous guide, un faisceau de lumière bleue qui voyage entre les cristaux. Ce sont ces cristaux qu’il faut manipuler, en modifiant leur position pour continuer la séquence. Bien qu’il n’y ait aucune prise de main à aucun moment pendant la séparation, vous étant la plupart du temps laissé à vous-même, les puzzles ne posent jamais trop de problèmes, offrant plutôt une pause entre les promenades informelles.

SeparationIl existe des séquences qui impliquent un bateau et un ballon, offrant une certaine variation dans la façon de se déplacer. Il peut être assez relaxant d’être assis sur le bateau qui serpente dans les eaux calmes mais contrairement à des titres comme Journey for Elysium qui veulent vous y faire participer, Separation ne le fait pas. Il y a un manque de connexion entre le joueur et la Séparation, principalement en raison de la façon dont cette interaction avec l’expérience fonctionne. Le contrôleur DualShock 4 a sa place dans la RV, mais l’inclusion de commandes de mouvement a peut-être contribué à élever le titre, en donnant l’impression d’être dans ce monde, au lieu d’être un spectre qui appuie sur le bouton interact de temps en temps.

En tant que tel, le sentiment décrit n’est pas toujours lié et la séparation n’est donc pas tant un voyage pour vous que pour le développeur. Face à la perte et à la dépression d’un membre de la famille, M. Wheeler a gravé ces émotions dans l’expérience, pour le meilleur ou pour le pire. Des statues solitaires sont cachées, contenant des artefacts du chagrin à collectionner, tandis que les points de sauvegarde à usage unique ne peuvent être utilisés qu’en ramassant une rose monochrome.

Voir que Wheeler a créé Separation par lui-même sur une période de quatre ans est une réalisation impressionnante, surtout si l’on considère le sujet qui a inspiré l’expérience. Les visuels et la bande son atmosphériques sont ce qui porte Separation, rappelant des titres comme ICO. Cependant, il devient un peu trop monotone et parfois l’émotion que le titre tente de dépeindre semble indistincte, comme si elle s’était perdue dans ce vaste paysage ouvert.

60% Génial
Cet article a été rédigé par Peter Graham et traduit par VR360inside. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. VR360inside perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.